Mars 2024 : Le passage à la facturation électronique obligatoire pour les marchés publics en Belgique

Prêt pour la e-revolution?

À partir du mois de mars, la Belgique franchira la dernière étape de la numérisation de ses services gouvernementaux. Depuis le 1er mai 2023, les entreprises sont obligées de facturer électroniquement les nouveaux contrats supérieurs à 30 000,00 € (hors TVA). À partir de mars 2024, cela s’appliquera également aux nouveaux contrats à partir de 3 000,00 € (hors TVA). Ce changement marque une évolution significative dans la manière dont les transactions commerciales avec le gouvernement seront traitées. Dans cet article, nous mettons l’accent sur les avantages de ces changements et sur la manière de faciliter la transition pour les entreprises.

Contexte de la facturation électronique obligatoire

Comme nous venons de le mentionner, les entreprises sont obligées de soumettre des factures électroniques au gouvernement fédéral  pour les montants supérieurs à 30 000,00 €.wpml_nbspCe seuil a été fixé pour épargner les petites entreprises et leur donner le temps de s’adapter aux nouvelles normes numériques. Cependant, avec la numérisation en cours de la société et l’efficacité croissante des systèmes de facturation électronique, le gouvernement belge a décidé d’abaisser ce montant à 3 000 euros.

Ce changement vise non seulement à réduire la charge administrative qui pèse sur le gouvernement, mais aussi à encourager les entreprises à opérer de manière plus efficace et plus respectueuse de l’environnement. Le secrétaire d’État à la numérisation, Mathieu Michel, a souligné que la facturation électronique offre de nombreux avantages, notamment la rapidité, la réduction des coûts et un impact positif sur l’environnement.

Avantages de la facturation électronique

Économisé du temps: L’un des avantages les plus notables de la facturation électronique est la rapidité avec laquelle les transactions peuvent être traitées. Contrairement aux factures papier, les factures électroniques sont traitées en quelques heures, voire en quelques minutes. Les entreprises peuvent ainsi accéder plus rapidement à leur argent, ce qui améliore les flux de trésorerie et facilite la planification financière.

Économies de coûts : la facturation électronique permet des économies de coûts significatives tant pour les entreprises que pour les gouvernements. Cela élimine le besoin de papier, de timbres et de traitement manuel, réduisant ainsi les coûts opérationnels. En outre, il réduit le risque d’erreurs et de retards souvent associés à la facturation manuelle.

Précision: les systèmes de facturation électronique sont plus précis que les processus manuels. Ils réduisent le risque d’erreur humaine et permettent aux entreprises de gérer les données plus efficacement. Il en résulte un degré plus élevé de transparence et de fiabilité dans les transactions financières.

Accompagnement des entreprises : abaisser le seuil de facturation électronique obligatoire à 3 000 € est un changement important qui aura un impact sur les entreprises de toutes tailles. Cependant, le gouvernement belge comprend que certaines entreprises soient réticentes à adopter ces nouvelles normes numériques. C’est pourquoi le SPF BOSA a mis en place une cellule d’orientation.

La cellule d’orientation servira de source d’information et de soutien pour les entreprises qui ont des questions sur la facturation électronique et sa mise en œuvre. Il s’agit notamment de fournir des lignes directrices sur la manière de préparer et de soumettre des factures électroniques, de proposer des formations et de fournir une assistance technique, dans le but de permettre aux entreprises de passer sans heurts aux systèmes de facturation électronique.

L’un des principaux objectifs de la cellule d’orientation est d’aider les petites entreprises dont les ressources et l’expertise en matière de facturation électronique sont limitées. En offrant un soutien accessible et des ressources éducatives, le gouvernement espère que ces entreprises pourront surmonter leur frilosité et profiter pleinement des avantages de la facturation électronique.

Le secrétaire d’État Mathieu Michel à propos de la facturation électronique

Le secrétaire d’État à la numérisation, Mathieu Michel, a souligné à plusieurs reprises que la facturation électronique est un changement positif pour les entreprises et la société dans son ensemble. Il souligne les trois principaux avantages de la facturation électronique : rapidité, rentabilité et respect de l’environnement.

Michel explique que des paiements plus rapides permettent aux entreprises d’améliorer leur trésorerie et d’atteindre la stabilité financière. Ceci est particulièrement important pour les petites entreprises qui dépendent de la ponctualité des paiements pour poursuivre leurs activités.

En outre, Michel souligne les économies réalisées grâce à la facturation électronique. L’élimination des factures papier et du traitement manuel réduit les frais généraux.

Enfin, Michel souligne l’importance du respect de l’environnement et de la durabilité. En passant à la facturation électronique, les entreprises peuvent réduire leur empreinte carbone, ce qui correspond à la responsabilité sociale croissante d’agir de manière durable.

Conclusion

Passer à la facturation électronique avant 2024 est une bonne décision !

Le passage obligatoire à la facturation électronique pour les marchés publics d’une valeur supérieure à 3 000 euros marque une étape importante dans la numérisation des transactions commerciales. Ce changement promet des avantages en termes de rapidité, de réduction des coûts et de respect de l’environnement qui profiteront à la fois aux pouvoirs publics et aux entreprises.

Pour aider les entreprises à effectuer cette transition, le gouvernement belge a mis en place une cellule d’orientation chargée de soutenir et d’éduquer les entreprises de toutes tailles. Le gouvernement espère que ces mesures permettront aux entreprises d’adopter pleinement la facturation électronique et de tirer parti des possibilités qu’elle offre.

Comme le souligne le secrétaire d’État Mathieu Michel, la facturation électronique est l’avenir des transactions commerciales et aidera les entreprises à fonctionner de manière plus efficace, plus rentable et plus respectueuse de l’environnement. Il s’agit d’une étape évolutive qui aidera les entreprises belges à prospérer à l’ère numérique.